ressourcement

Lectures de la messe

(c) Association Épiscopale Liturgique pour les pays francophones - 2018
  1. Première lecture : « C’est toi qui as fait Adam ; tu lui as fait une aide et un appui : Ève, sa femme » (Tb 8, 4b-7 (Vg : 5-10))

    Lecture du livre de Tobie

    Le soir de son mariage, Tobie dit à Sarra :
      « Lève-toi, ma sœur.
    Prions, et demandons à notre Seigneur
    de nous combler de sa miséricorde et de son salut. »
    Elle se leva et ils se mirent à prier
    et à demander que leur soit accordé le salut.
    Tobie commença ainsi :
    « Béni sois-tu, Dieu de nos pères ;
    béni soit ton nom
    dans toutes les générations, à jamais.
    Que les cieux te bénissent
    et toute ta création dans tous les siècles.
      C’est toi qui as fait Adam ;
    tu lui as fait une aide et un appui :
    Ève, sa femme.
    Et de tous deux est né le genre humain.
    C’est toi qui as dit :
    ‘Il n’est pas bon que l’homme soit seul.
    Je vais lui faire une aide qui lui soit semblable’.
      Aussi, ce n’est pas pour une union illégitime
    que je prends ma sœur que voici,
    mais dans la vérité de la Loi.
    Daigne me faire miséricorde, ainsi qu’à elle,
    et nous mener ensemble à un âge avancé. »

              – Parole du Seigneur.

    OU BIEN :

  2. Première lecture : « Je vis, mais ce n’est plus moi, c’est le Christ qui vit en moi » (Ga 2, 19-20)

    Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Galates

    Frères,
      par la Loi, je suis mort à la Loi
    afin de vivre pour Dieu ;
    avec le Christ, je suis crucifié.
      Je vis, mais ce n’est plus moi,
    c’est le Christ qui vit en moi.
    Ce que je vis aujourd’hui dans la chair,
    je le vis dans la foi au Fils de Dieu
    qui m’a aimé
    et s’est livré lui-même pour moi.

              – Parole du Seigneur.

  3. Psaume (33 (34), 2-3, 4-5, 6-7, 8-9, 10-11)

    Refrain psalmique :

    Je bénirai le Seigneur en tout temps. (33, 2a) Ou Goûtez et voyez
    comme est bon le Seigneur. (cf. 33, 9a)

    Je bénirai le Seigneur en tout temps,
    sa louange sans cesse à mes lèvres.
    Je me glorifierai dans le Seigneur :
    que les pauvres m’entendent et soient en fête !

    Magnifiez avec moi le Seigneur,
    exaltons tous ensemble son nom.
    Je cherche le Seigneur, il me répond :
    de toutes mes frayeurs, il me délivre.

    Qui regarde vers lui resplendira,
    sans ombre ni trouble au visage.
    Un pauvre crie ; le Seigneur entend :
    il le sauve de toutes ses angoisses.

    L’ange du Seigneur campe alentour
    pour libérer ceux qui le craignent.
    Goûtez et voyez : le Seigneur est bon !
    Heureux qui trouve en lui son refuge !

    Saints du Seigneur, adorez-le :
    rien ne manque à ceux qui le craignent.
    Des riches ont tout perdu, ils ont faim ;
    qui cherche le Seigneur ne manquera d’aucun bien.

  4. Évangile : « Celui qui demeure en moi et en qui je demeure, celui-là porte beaucoup de fruit » (Jn 15, 1-8)

    Acclamation : (Jn 15, 9b.5b)

    Alléluia. Alléluia.
    Demeurez dans mon amour, dit le Seigneur.
    Celui qui demeure en moi et en qui je demeure,
    celui-là porte beaucoup de fruit.
    Alléluia.

    Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

    (au choix en Europe)

    En ce temps-là,
    Jésus disait à ses disciples :
      « Moi, je suis la vraie vigne,
    et mon Père est le vigneron.
      Tout sarment qui est en moi,
    mais qui ne porte pas de fruit,
    mon Père l’enlève ;
    tout sarment qui porte du fruit,
    il le purifie en le taillant,
    pour qu’il en porte davantage.
      Mais vous, déjà vous voici purifiés
    grâce à la parole que je vous ai dite.
      Demeurez en moi, comme moi en vous.
    De même que le sarment ne peut pas
    porter de fruit par lui-même
    s’il ne demeure pas sur la vigne,
    de même vous non plus,
    si vous ne demeurez pas en moi.
      Moi, je suis la vigne,
    et vous, les sarments.
    Celui qui demeure en moi
    et en qui je demeure,
    celui-là porte beaucoup de fruit,
    car, en dehors de moi, vous ne pouvez rien faire.
      Si quelqu’un ne demeure pas en moi,
    il est, comme le sarment, jeté dehors,
    et il se dessèche.
    Les sarments secs, on les ramasse,
    on les jette au feu, et ils brûlent.
      Si vous demeurez en moi,
    et que mes paroles demeurent en vous,
    demandez tout ce que vous voulez,
    et cela se réalisera pour vous.
      Ce qui fait la gloire de mon Père,
    c’est que vous portiez beaucoup de fruit
    et que vous soyez pour moi des disciples. »

              – Acclamons la Parole de Dieu.

    OU BIEN :

  5. Évangile : « Celui qui fait la volonté de Dieu, celui-là est pour moi un frère, une sœur, une mère » (Mc 3, 31-35)

    Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

              En ce temps-là,
    comme Jésus était dans une maison,
      arrivent sa mère et ses frères.
    Restant au-dehors,
    ils le font appeler.
      Une foule était assise autour de lui ;
    et on lui dit :
    « Voici que ta mère et tes frères sont là dehors :
    ils te cherchent. »
      Mais il leur répond :
    « Qui est ma mère ? qui sont mes frères ? »
      Et parcourant du regard
    ceux qui étaient assis en cercle autour de lui,
    il dit :
    « Voici ma mère et mes frères.
      Celui qui fait la volonté de Dieu,
    celui-là est pour moi un frère, une sœur, une mère. »

              – Acclamons la Parole de Dieu.

Nous utilisons des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur sur notre site internet. Lorsque vous visitez notre site, vous acceptez nos cookies.