formations

Paulo Rodrigues

Dans le cadre des conférences de Carême.

Un cycle de trois conférences données en soirée et ouvertes à un public large.

  1. Les enjeux éthiques de l’intelligence artificielle, 11 mars 2020, de 20h à 21h30

L’intelligence artificielle (IA) c’est l’obsession de l’époque, se proposant comme une puissance habilitée à appréhender le réel de manière plus efficace que l’être humain. Mais l’IA existe-elle réellement ? Quelle serait sa capacité à discerner et à énoncer la vérité ? Quels sont les enjeux éthiques des applications de l’IA ? Les développements de ce domaine menacent-ils l’humanité ou contribuent-ils à son épanouissement ? Quelles limites l’être humain, créé à l’image et ressemblance de son Créateur, se donne-t-il dans son action créative ? Ce sont des questions passionnantes que cet exposé développera en invitant chacun à une réflexion personnelle sur l’impact des technologies dans nos vies.

  1. Les défis des neurosciences et de la neuro-éthique, 18 mars 2020, de 20h à 21h30

Les développements contemporains des neurosciences et de l’imagerie cérébrale bouleversent notre conception de l’être humain, en dévoilant le système nerveux    tant du point de vue de sa structure que de son fonctionnement. Les théories sur       la connaissance, les émotions, la mémoire et la liberté humaines ne peuvent plus     se constituer sans une référence aux avancées dans ce champ scientifique. La neuro-éthique est une nouvelle discipline, qui met en rapport les découvertes des neurosciences et les concepts éthiques comme les valeurs, la liberté, la responsabilité, la culpabilité, etc. Elle s’interroge sur la légitimité d’utiliser des technologies pour prévoir et influencer l’action morale du sujet, sur la nature de la conscience morale    et sur la possibilité de la liberté humaine. L’être humain a-t-il une vraie liberté, ou est- il profondément conditionné par la structure et le fonctionnement de son cerveau ? Une discussion contemporaine passionnante, dont cette conférence vise à poser les contours.

  1. Le transhumanisme est-il compatible avec l’anthropologie chrétienne ?

25 mars 2020, de 20h à 21h30

L’être humain est une unitas multiplex dont l’énigme ne se déchiffre totalement qu’à partir de son rapport au cosmos (cosmo-logie), non plus à partir de soi-même (anthro-pologie). C’est à partir du rapport à une Origine qui le précède et à un Ultime qui l’aimante qu’il se découvre institué dans une liberté créative et  appelé  à une destinée théologale. À cet égard l’anthropologie chrétienne propose une clé d’interprétation et de déchiffrement de l’être humain à partir de la révélation divine.     Il se découvre alors, créé à l’image et ressemblance de son Créateur. Et créer, c’est susciter des « créateurs », des êtres doués de capacité d’invention et d’initiative. L’être humain a été « créé créateur » par son Dieu, afin que lui-même puisse susciter la nouveauté. Et l’homme exerce ce pouvoir créateur par rapport au cosmos, où il déploie sa capacité d’invention et de transformation, et par rapport à soi-même en configurant son existence par une liberté finie dont l’exercice n’est pas sans risques. Quelles sont l’extension et les limites de ce pouvoir créateur dans lequel l’être humain est institué par Dieu ? Cette communication vise à apporter un éclairage à cette question à partir d’une anthropologie chrétienne en dialogue critique avec le mouvement transhumaniste, où précisément les limites du projet humain semblent se dissoudre et tout rendre possible…

Infos

        • Séminaire de Tournai

  • 3 mercredis
  • de 20h à 21h30
  • 11 – 18 et 25 mars 2020

Nous utilisons des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur sur notre site internet. Lorsque vous visitez notre site, vous acceptez nos cookies.